Ma Sexualite
mice

Santé sexuelle

  • Taille du Texte

Orientation sexuelle et sortir du placard

Renseignements de base
L’orientation sexuelle fait référence à une attirance sexuelle ou romantique envers les hommes, les femmes ou les deux sexes. À un niveau de base, on dénote trois catégories d’orientation sexuelle : (1) l’hétérosexualité (attirance envers le sexe opposé), (2) l’homosexualité (attirance envers des personnes de même sexe), et (3) la bisexualité (attirance envers les deux sexes).

Catégories de base de l’orientation sexuelle

Hétérosexuel
Un homme attiré par des femmes sur le plan romantique ou sexuel
Une femme attirée par des hommes sur le plan romantique ou sexuel

Gai
Un homme attiré par des hommes sur le plan romantique ou sexuel

Lesbienne
Une femme attirée par des femmes sur le plan romantique ou sexuel

Bisexuel
Un homme attiré à la fois par des hommes et des femmes sur le plan romantique ou sexuel
Une femme attirée à la fois par des hommes et des femmes sur le plan romantique ou sexuel


La plupart des gens commenceront à acquérir un sens de leur propre orientation sexuelle pendant l’enfance ou au début de l’adolescence lorsqu’ils ressentent une attirance sexuelle ou romantique envers d’autres personnes. Pour certaines personnes, la réalisation de leur propre orientation sexuelle est claire dès le départ. D’autres ont besoin de plus de temps pour développer une compréhension assez claire de leur attirance de façon à s’identifier comme étant hétérosexuel, gai, lesbienne ou bisexuel.

Allosexualité et questionnement
Certaines personnes ne classent pas leur orientation sexuelle dans les catégories d’hétérosexuel, de gai, de lesbienne ou de bisexuel. Ils trouveront qu’aucune de ces catégories ne leur convient.

Dans le passé, le terme « queer » (allosexuel) était universellement perçu comme méprisant, c’est-à-dire dégradant ou insultant. Cependant, au cours des dernières années, certaines personnes autres qu’hétérosexuelles ont adopté le terme allosexuel parce qu’elles ne se sentent pas à l’aise de se classer dans les catégories traditionnelles de gai/lesbienne, bisexuel ou parce qu’elles perçoivent ces termes comme étant abusifs, faisant état de la discrimination à laquelle les personnes autres qu’hétérosexuelles doivent souvent faire face.

En ce qui concerne l’orientation sexuelle, certaines personnes sont en processus de « questionnement ». L’atteinte d’un sens clair de l’attirance envers le sexe opposé seulement, envers le même sexe seulement, ou envers un sexe plus que l’autre, ou envers les deux sexes également peut semer la confusion. Cela peut être particulièrement vrai pour les jeunes qui ont besoin de temps pour démêler leurs sentiments liés à l’attirance romantique ou sexuelle.

Qu’est-ce qui entraîne l’hétérosexualité, l’homosexualité ou la bisexualité?
Les scientifiques n’ont pas été en mesure de découvrir exactement ce qui entraîne une personne à tendre vers l’hétérosexualité, l’homosexualité ou la bisexualité. La recherche scientifique laisse entendre que des facteurs génétiques ou hormonaux apparaissant avant la naissance influencent le développement de l’orientation sexuelle. Peu importe l’explication, il est clair que les gens ne prennent pas la décision consciente d’être hétérosexuel, gai, lesbienne ou bisexuel. C’est plutôt simplement qui ils sont.

Orientation sexuelle et santé mentale
Autrefois, la société entretenait des attitudes négatives envers les gais, les lesbiennes et les bisexuels, dont la croyance que l’homosexualité était un trouble mental. Par conséquent, bien des gais, des lesbiennes et des bisexuels tentaient d’ignorer ou de refouler leurs sentiments et d’accepter la fausse déclaration qu’ils étaient « anormaux » ou « malades ». Bien des gais, lesbiennes et bisexuels passaient sous silence leur orientation sexuelle, prétendant pour le monde extérieur qu’ils étaient hétérosexuels. Cependant, dès les années 1970, la communauté professionnelle en santé mentale a clairement rejeté l’idée que l’homosexualité ou la bisexualité étaient, à tout point de vue, un trouble.

L’homosexualité est-elle un trouble mental?
Non, les orientations lesbiennes, gaies ou bisexuelles ne sont pas des troubles. La recherche n’a découvert aucune association inhérente entre ces orientations sexuelles et la psychopathologie. Les comportements hétérosexuel et homosexuel sont des aspects normaux de la sexualité humaine. Les deux comportements ont été étayés dans bien des cultures et des époques historiques différentes. Malgré la persistance des stéréotypes qui illustrent les gais, lesbiennes et bisexuels comme étant des personnes dérangées, plusieurs décennies de recherche et d’expériences cliniques ont poussé les organisations médicales et de santé mentale dominantes du pays à conclure que ces orientations représentent des formes normales de l’expérience humaine. Les relations lesbiennes, gaies et bisexuelles sont des formes normales de formation de liens affectifs entre humains. Par conséquent, ces organisations d’importance ont depuis longtemps cessé de classer l’homosexualité comme étant un trouble mental.
American Psychological Association. (2008). Answers to your questions: For a better understanding of sexual orientation and homosexuality. Washington, D.C.: APA. Copyright © 2008 American Psychological Association

Accepter son orientation sexuelle et sortir du placard
Connaître l’attirance pour une personne de même sexe est la première étape d’un processus d’auto-acceptation et d’expression de son homosexualité ou de sa bisexualité. Bref, l’affirmation de son orientation sexuelle signifie l’acceptation personnelle de sa sexualité, l’aisance avec son identité, puis d’avouer aux amis et membres de la famille son homosexualité ou sa bisexualité.

Avant d’avouer votre orientation sexuelle aux autres, vous devriez peser les risques et les avantages de cette déclaration de votre orientation sexuelle en tant que gai, lesbienne ou bisexuel. N’oubliez pas qu’il s’agit de votre décision, et non de celle des autres. Vous décidez à qui le dire et à quel moment vous le direz. Vous pourriez décider de le déclarer à certaines personnes et non à d’autres. Avant de sortir du placard, il serait judicieux de planifier la façon dont vous voulez le faire. Il serait judicieux de le déclarer d’abord à des personnes qui sont susceptibles d’avoir une réaction positive et coopérative. En parler à une autre personne qui a avoué ouvertement son homosexualité ou sa bisexualité peut être un bon départ parce que ça vous donne l’occasion de le dire à quelqu’un d’une façon qui comporte très peu de risque. Avouer son orientation sexuelle à des amis qui semblent avoir une attitude positive envers les gais, lesbiennes ou bisexuels est également un bon début. Parfois, votre déclaration pourrait entraîner de la surprise chez un ami. Parfois, un ami qui, selon vous, aurait une réaction positive aura plutôt une réaction négative. Alors que l’affirmation de votre orientation sexuelle peut compter bien des avantages, vous pourriez perdre des amis en cours de route.

Déclarer son orientation sexuelle à ses parents et à des membres de la famille peut être éprouvant pour bien des gais, lesbiennes et bisexuels. Il est utile de savoir que vos parents pourraient avoir grandi à une époque où les attitudes négatives envers les gais, lesbiennes et bisexuels étaient plus fortes et plus courantes qu’elles ne le sont aujourd’hui. Si vous vivez chez vos parents ou avec des membres de votre famille ou êtes financièrement dépendant d’eux, la décision de leur annoncer votre orientation sexuelle doit être prise judicieusement. Pensez-vous qu’ils réagiront dans un esprit de coopération ou de neutralité? Vous mettrez-vous dans une situation où vous risquez de vous faire mettre à la porte de votre foyer ou de vous faire couper les vivres? Alors qu’il est impossible de prévoir exactement la réaction de vos parents et membres de la famille, si vous croyez que l’annonce de votre orientation sexuelle peut vous porter un grand préjudice, il vaut mieux attendre.

Avantages et risques de s’affirmer en tant que gai, lesbienne ou bisexuel 
  Avantages     
● Vivre ouvertement une vie bien remplie
● Entretenir des relations étroites  
● Acquérir l’estime de soipour être reconnu et aimé pour à tout jamais ce que l’on est vraiment 
● Réduire le stress de cacher son identité      
● Entretenir des liens avec d’autres personnes de la communauté gaie,lesbienne et bisexuelle
● Faire partie d’une communauté Vibrante et solide
● Devenir un modèle positif pourles autres

Risques
● Ce n’est pas tout le monde qui sera tolérant
● Certaines relations peuvent changer
● Les membres de la famille, les amis, et vraiesles camarades de classe, les collègues peuvent être choqués, confus ou hostiles
● Peut faire l’objet d’harcèlement ou de discrimination
● La sécurité personnelle peut être à risque
● Certains jeunes pourraient se voir mettre à la porte de leur foyer ou perdre le soutien financier de leurs parents.

Adapté de : Human Rights Campaign Foundation Coming Out Project. (2011). A resource guide to coming out.


Gamme des réactions possibles des parents à l’annonce de l’orientation sexuelle d’un fils ou d’une fille

•Certains parents réagiront de façon neutre ou positive, exprimant de l’appréciation parce que vous leur accordez votre confiance en ce qui concerne votre identité sexuelle.
•Certains parents pourraient réagir de façon blessante à votre égard : ils pourraient pleurer, se mettre en colère ou être embarrassés.
•Vos parents pourraient avoir une vision de votre vie future qui comprenait la création de relations hétérosexuelles. Ils pourraient être tristes pendant un moment, le temps de s’ajuster à la réalité que vous prendrez un chemin différent.
•Certains parents pourraient se demander ce qu’ils ont fait de mal ou s’ils ont fait quelque chose qui a causé cette situation. Vous pouvez les rassurer que la façon dont ils vous ont élevé n’a rien à voir avec votre orientation sexuelle.
•Dans certains cas, les parents diront que l’« homosexualité est un péché » ou aimeraient voir leur enfant consulter un conseiller ou un thérapeute dans l’espoir non fondé que l’orientation sexuelle peut être changée.
•Vos parents pourraient déjà savoir que vous êtes gai, lesbienne ou bisexuel ou se demandaient si vous l’étiez. Ils pourraient avoir attendu que vous leur annonciez et sont soulagés que vous l’ayez finalement fait de façon à ce que vous et vos parents puissiez aller de l’avant dans votre relation.
•Certains parents réagissent mal d’abord à la nouvelle que vous êtes gai, lesbienne ou bisexuel mais, au fil du temps, ils finissent par s’y faire et vous accepter pour qui vous êtes.

Adapté de : Human Rights Campaign Foundation Coming Out Project. (2011). A resource guide to coming out.

Soutien et réseautage
Manifestement, le processus de déclaration de son orientation sexuelle et de vivre ouvertement en tant que gai, lesbienne ou bisexuel peut être stressant. Si vous ne l’avez pas déjà fait, il peut être très utile et rassurant de faire des liens avec d’autres personnes des communautés gaies, lesbiennes et bisexuelles. Par exemple, certaines écoles secondaires ont maintenant des alliances « homosexuelles/hétérosexuelles ». La plupart des universités canadiennes ont des groupes de soutien pour gais et lesbiennes. Bien des villes et villages du Canada offrent des services de soutien pour les gais, lesbiennes, bisexuels et transgenres. Cela comprend des organisations de soutien de parents, de familles et d’amis de la jeunesse minoritaire sexuelle. Le plus important est de savoir que, peu importe l’étape à laquelle vous en êtes dans votre processus d’affirmation de votre orientation sexuelle, vous n’êtes pas seul.